Entretien avec un spécialiste du contrôle de la contamination

Interviewer: Nous sommes ici avec Danae Crumb, une spécialiste locale du contrôle de la contamination, pour discuter des différents aspects des méthodes de contrôle de la contamination au niveau du sol et de leurs implications. Commençons par parler de votre expérience en tant que spécialiste du contrôle de la contamination.

Danae Crumb, spécialiste du contrôle de la contamination (CCS) : Certainement. En tant que spécialiste du contrôle de la contamination, mes principales responsabilités consistent à informer les clients sur le contrôle de la contamination au niveau du sol, ainsi qu’à aborder les facteurs qui affectent les niveaux de particules en suspension dans l’air et la manière dont les mesures de contrôle de la contamination au niveau du sol peuvent influencer les particules en suspension dans l’air. Il est généralement connu et accepté que la contamination par les pieds et les roues est un problème auquel il faut s’attaquer, mais il existe un manque d’informations cohérentes concernant l’efficacité des méthodes de contrôle de la contamination jetables couramment utilisées. En tant que spécialiste du contrôle de la contamination, mon rôle consiste à étudier les besoins spécifiques d’une installation, à comprendre les processus et procédures prescrits, à examiner les flux de personnel et de matériel et à évaluer les méthodes actuelles de contrôle de la contamination et les procédures de nettoyage. En comprenant ces facteurs, je peux conseiller mes clients sur les méthodes les plus appropriées pour contrôler efficacement la contamination.

 


Interviewer
: Pourriez-vous préciser les facteurs à prendre en compte pour choisir entre différentes méthodes de contrôle de la contamination ?

CCS: Certainement. Les trois grands facteurs que je vois discutés sont l’efficacité, le coût et la durabilité ; ce sont des considérations primordiales dans le processus de prise de décision.

Tout d’abord, il est essentiel d’évaluer la capacité d’une méthode de contrôle de la contamination à réduire ou à prévenir la contamination dans un environnement spécifique. Cela implique de prendre en compte des facteurs tels que le type et la quantité de contamination particulaire présente, les niveaux de classification dans l’ensemble de l’établissement, les préoccupations relatives à la contamination croisée et la capacité de la méthode à maintenir le contrôle des particules dans le temps.

Opter pour une solution moins coûteuse au départ, OpEx contre CapEx par exemple, peut sembler séduisant à certains égards, mais si la solution n’est pas efficace pour contrôler la contamination, elle peut entraîner une augmentation des risques et des coûts liés à la contamination des produits à long terme.

Dans le monde d’aujourd’hui, la durabilité joue un rôle important, car les tapis adhésifs et les couvre-chaussures génèrent une énorme quantité de plastique à usage unique dans les décharges. L’adoption de méthodes durables peut non seulement réduire les dommages causés à l’environnement, mais aussi contribuer à des économies à long terme et au respect de la réglementation.

 

Interviewer: Ce sont là trois considérations essentielles pour toute industrie qui se concentre sur le contrôle de la contamination. Comment l’expérience de l’utilisateur et la commodité influencent-elles le processus de décision ?

CCS: Si l’expérience utilisateur et la commodité ne sont pas des facteurs primordiaux, ils n’en restent pas moins des considérations cruciales, en particulier pour diverses catégories d’opérateurs tels que les conducteurs de chariots élévateurs, le personnel chargé du transfert des matériaux et le personnel de nettoyage. La facilité d’utilisation joue un rôle important, car les opérateurs et les équipes de nettoyage peuvent être peu enclins à suivre les protocoles s’ils les perçoivent comme lourds ou chronophages.

 


Interviewer
: Quels sont les problèmes ou les plaintes les plus courants concernant l’utilisation de couvre-chaussures et de tapis collants ?

CCS: Le trafic sur roues rencontre souvent des problèmes avec les tapis collants – ils peuvent s’emmêler autour des roues, ce qui entraîne une baisse de la productivité, une augmentation des coûts et une augmentation des déchets plastiques. En outre, il est pratiquement impossible d’utiliser des tapis collants dans les zones à forte circulation de roues telles que les transpalettes et les chariots élévateurs. L’utilisation conjointe de tapis adhésifs et de couvre-chaussures constitue un véritable casse-tête. Les couvre-chaussures qui adhèrent à des tapis collants peuvent se déchirer ou se détacher, mais ce n’est pas toujours signalé, et cela arrive probablement plus souvent qu’on ne le pense. Le pire scénario est celui de la déchirure d’un couvre-chaussures passent inaperçues et que quelqu’un entre dans une zone propre avec une chaussure exposée, il y a un risque sérieux de contamination.

 

Interviewer: Il semble que les options CC jetables posent de nombreux problèmes. Avez-vous rencontré des difficultés liées à l’entretien des tapis collants ou à l’utilisation de couvre-chaussures dans des environnements propres et contrôlés ?


CCS
: Absolument, l’entretien des tapis collants peut nécessiter beaucoup de travail pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, les tapis collants doivent être fréquemment décollés pour conserver une certaine efficacité. La plupart des fabricants de tapis collants conseillent d’enlever le tapis lorsqu’il est sale, mais ne donnent que très peu d’indications, voire aucune, sur la fréquence à laquelle il faut l’enlever. Certains disent toutes les 30 minutes, d’autres tous les 20 passages, d’autres encore toutes les deux heures. De plus, les instructions de pelage indiquent généralement qu’il suffit de peler la feuille supérieure pour révéler la feuille propre suivante. Pour décoller correctement un tapis collant, la couche sale doit être décollée lentement du coin vers le centre et roulée sur elle-même pour former une boule de plastique bien rangée de 8 pouces. Il est donc courant que les tapis collants ne soient épluchés qu’une fois par jour ou par équipe et qu’ils soient épluchés de manière incorrecte parce qu’un épluchage fréquent et correct prend du temps et est fastidieux. Si l’on considère que le dépassement d’un tapis collant peut augmenter de 300 % ou plus les particules sur les pieds et les roues et que plus de 200 000 particules peuvent être libérées dans l’air si elles ne sont pas pelées correctement, un pelage incohérent et irrégulier peut accroître, et accroît effectivement, le risque de contamination dans les zones propres et contrôlées.

Ensuite, lorsque vous remplacez des tapis collants, il est essentiel d’enlever tout résidu d’adhésif avant d’appliquer une nouvelle pile pour s’assurer qu’elle adhère correctement au sol. Ce processus de nettoyage prend du temps et est souvent négligé, mais une pile de tapis collants qui n’adhère pas au sol peut entraîner une myriade de problèmes de santé et de sécurité, ainsi qu’un risque de contamination accrue dans les environnements propres et contrôlés.

En outre, les tapis adhésifs nécessitent une méthode de stockage spécifique – ils doivent être stockés à plat et non pas debout, ce qui peut être peu pratique et prendre de l’espace précieux sur les étagères qui pourraient être utilisées à d’autres fins.

Les tapis adhésifs et les housses de chaussures doivent également être maintenus en quantité suffisante pour garantir un flux de travail ininterrompu. Cependant, les problèmes de chaîne d’approvisionnement, particulièrement exacerbés par la pandémie de COVID-19, ont rendu difficile le stockage de produits jetables tels que les couvre-chaussures et les tapis collants.


Interviewer
: Compte tenu de la nature laborieuse de l’entretien des tapis collants et des difficultés de stockage des produits jetables que vous avez soulignées, comment pensez-vous que l’adoption des tapis de contrôle de la contamination Dycem pourrait avoir un impact sur la propreté générale et le contrôle de la contamination par rapport à l’utilisation de méthodes jetables ?

CCS: Les tapis Dycem offrent une barrière plus efficace contre la contamination que les couvre-chaussures et les tapis collants. Ils réduisent également le risque de problèmes de santé et de sécurité liés aux risques de trébuchement et à la libération de particules dans l’air.

 


Interviewer
: Quels sont les principaux avantages des tapis de contrôle de la contamination Dycem par rapport aux couvre-chaussures et aux tapis collants ?


CCS
: Les tapis Dycem offrent plusieurs avantages clés, notamment celui de constituer une barrière plus importante et inévitable pour les enfants. garantissent que les opérateurs effectuent les six pas ou les trois rotations nécessaires pour assurer un contrôle efficace des particules dans les zones propres et critiques, réduisent le risque de problèmes de santé et de sécurité liés aux trébuchements et aux chutes – un problème courant avec les tapis collants – et diminuent les déchets plastiques, ce qui contribue de manière significative aux efforts de développement durable d’une entreprise. Les tapis Dycem présentent des propriétés antimicrobiennes ainsi que des forces électromagnétiques naturelles (van der Waals) qui attirent jusqu’à 75 % des particules en suspension dans l’air à la surface des tapis, ce qui réduit encore le risque de contamination de l’environnement.


Interviewer
: Comment l’investissement initial des tapis de contrôle de la contamination Dycem se compare-t-il à celui des couvre-chaussures et des tapis collants ?


CCS
: Alors que les tapis Dycem peuvent nécessitent généralement un investissement initial plus important, ils permettent souvent de réaliser des économies au fil du temps, des études montrant que Dycem est une option permettant de réaliser des économies dans environ 80 % des comparaisons. Le retour sur investissement favorise généralement les tapis Dycem à long terme. Je constate généralement des économies de l’ordre de 1 000 à 85 000 dollars, en fonction de la taille de l’installation, de l’importance et du type de trafic, et de la fréquence du décollement.


Interviewer
: De votre point de vue, quelles sont les implications financières potentielles de l’utilisation de couvre-chaussures et de tapis collants par rapport à l’investissement dans les tapis de contrôle de la contamination Dycem ?

CCS: Les implications financières potentielles sont importantes. Si les tapis Dycem nécessitent un investissement initial plus important, ils offrent des avantages à long terme en termes d’efficacité et de rentabilité. Les tapis collants et les couvre-chaussures peuvent sembler moins chers au départ, mais ils finissent généralement par coûter environ le double du coût des solutions jetables en raison des dépenses permanentes. En outre, il est essentiel de reconnaître que Dycem n’est pas seulement un investissement financier – il sert de solution de santé et de sécurité, préservant le bien-être des opérateurs et minimisant les risques de contamination dans l’installation.


Interviewer
: Pouvez-vous nous parler de cas spécifiques ou d’études de cas où l’utilisation de couvre-chaussures et de tapis collants n’a pas permis de contrôler la contamination de manière adéquate, entraînant des conséquences ou des résultats négatifs ?

CCS: Nous avons eu des succès avec de nombreuses entreprises qui ont abandonné les tapis collants et sont beaucoup plus satisfaites des résultats qu’elles obtiennent. Nous avons récemment publié une étude de cas sur un client qui a opté pour Dycem en raison de problèmes liés aux tapis collants, ainsi qu’une autre étude de l’université de Cardiff démontrant le succès de la transition vers une solution de remplacement réutilisable.

Vous trouverez plus d’informations sur ces réussites en cliquant sur les liens suivants :

  1. Étude de cas : Application de stratégies de contrôle de la contamination et de lutte contre les macroplastiques parasites
  2. Étude de l’Université de Cardiff : L’avis d’un client sur les raisons pour lesquelles votre établissement devrait abandonner les tapis pelables

Related News

Listeria et le risque pour la santé humaine

La listeria peut constituer une menace considérable pour la santé humaine et l’industrie alimentaire. Les lots rappelés peuvent nuire à la réputation d’une entreprise, réduire la confiance des consommateurs et, en fin de compte, entraîner la mort des consommateurs à haut risque.

Read More